Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 16:54

 

Bon, il est peut-être temps

que je vienne dépoussiérer un peu ce blog !!!

 

Malgré ma longue absence, deux abonnées nous ont rejointes !

Bienvenue à vous !

 

Si cet été, côté scrap, je me suis totalement laissée vivre, 

j'ai plutôt passé des vacances actives,

puisque j'ai fait de la randonnée comme d'habitude

et cette année je suis allée...au Pérou !

 

Pour celles qui me l'ont demandé

(et les autres !)

voici un aperçu de ce pays magnifique.

 

 

Canyon de Colca (3600m) - Col Mirador de los Andes (4900m) - Monastère Santa Catalina à Arequipa (2400m)

Canyon de Colca (3600m) - Col Mirador de los Andes (4900m) - Monastère Santa Catalina à Arequipa (2400m)

Lac Titicaca (3800m)

Lac Titicaca (3800m)

Cusco (3350m): Eglise de la Compagnie de Jésus; Coricancha (temple du Soleil); forteresse de Sacsayhuaman - Marché de Chinchero (3780m)

Cusco (3350m): Eglise de la Compagnie de Jésus; Coricancha (temple du Soleil); forteresse de Sacsayhuaman - Marché de Chinchero (3780m)

Machu Picchu (2400m) - Pisaq (3000m) - Salines de Maras (3000m)

Machu Picchu (2400m) - Pisaq (3000m) - Salines de Maras (3000m)

 

Ce n'est qu'un petit aperçu de ce que j'ai vu

mais comment choisir parmi tous mes coups de cœur ?

C'est impossible,

impossible de résumer ce pays en quelques photos !

 

Maintenant, place aux cartes.

Celle que j'avais faite en juillet selon le sketch proposé par Shannon

sur Made in Scrap, avec une ambiance tropicale

puisque le thème des divers défis se passait sur la route des tropiques.

 

 

 

 

 

Après le Pérou, des cartes

J'ai utilisé pas mal de découpes offertes par les copines, merci à vous !

 

Ensuite, les copines ont pensé à loi durant l'été.

Voici la carte de Sableturquoise,

qui connait mon goût pour la randonnée en montagne

et les voyages !

 

 

 

Après le Pérou, des cartes

Ensuite, deux cartes de Thérèse

 

Après le Pérou, des cartes
Après le Pérou, des cartes

Merci pour vos cartes, 

merci à toutes pour vos commentaires,

 

Maintenant que la rentrée est passée et que divers soucis sont réglés,

j'espère avoir plus de temps à consacrer au scrap !

 

Repost 0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 08:20

Coucou, me revoilà !

Vous attendiez du scrap ?

Eh bien ce ne sera pas pour cette fois !

 

Pour l'instant, je viens vous parler de la

ronde de cartes

organisée cet été sur le forum Made in scrap.

 

Je devais recevoir une carte de Chantal et en envoyer une à Aziel.

Au final, elles m'en ont envoyé une toutes les deux !

 

Voici celle de Ch@nt@l, en provenance de Bretagne,

avec des petits volets à ouvrir pour découvrir

des petits villages:

 

 

 

Le village de Locronan

Le village de Locronan

La carte avec les volets ouverts

La carte avec les volets ouverts

Et voici la carte de remerciement que m'a envoyée Aziel (pas de blog)

 

 

Ronde de cartes et rizières de Bali

 

De mon côté, j'avais envoyé une carte à Aziel, comme prévu,

mais également une carte à Ch@nt@l, en remerciement anticipé de la sienne.

Il faut dire que cet été, je suis partie à Java et Bali,

alors j'ai profité de mon voyage pour les envoyer.

 

Je leur ai envoyé des cartes de rizières, 

alors je vous propose quelques photos

prises lors de différentes randonnées.

 

 

Le riz est très important pour les Balinais

qui le cultivent depuis plus de 1000 ans.

 

La culture se fait la plupart du temps en terrasses

car l'île étant volcanique, le terrain est souvent escarpé.

 

Il n'y a pas de saison pour la culture du riz, qui est récolté trois fois par an, 

à des moments différents, en fonction de la distribution de l'eau.

Le système d'irrigation est très ancien et évolué,

géré par une communauté de paysans appelée le "subak".

La rizière la plus haute est remplie en premier.

Ensuite, grâce à des canalisations, l'eau s'écoule

dans les terrasses situées en-dessous.

 

Ronde de cartes et rizières de Bali
Un paysan prépare le terrain en le labourant.

Un paysan prépare le terrain en le labourant.

Le riz est semé dans une parcelle. Au bout de 4 semaines environ, il faut le repiquer, brin par brin, en lignes régulières.

Le riz est semé dans une parcelle. Au bout de 4 semaines environ, il faut le repiquer, brin par brin, en lignes régulières.

Ronde de cartes et rizières de Bali
Ronde de cartes et rizières de Bali
Ronde de cartes et rizières de Bali
Ronde de cartes et rizières de Bali
Ronde de cartes et rizières de Bali
Ronde de cartes et rizières de Bali
Ronde de cartes et rizières de Bali
Les tiges finissent par jaunir, le moment est venu de récolter le riz.

Les tiges finissent par jaunir, le moment est venu de récolter le riz.

Ronde de cartes et rizières de Bali

Selon une légende, les graines de riz sont un cadeau fait par un dieu au roi balinais Petru.

La déesse Sri, la femme de Vishnou, a dû se cacher dedans

pour les protéger d'une femme géante qui voulait les voler à Petru.

Depuis, Sri est devenue la déesse du riz

et de nombreux autels lui sont dédiés partout dans les rizières.

 

Ronde de cartes et rizières de Bali
Ronde de cartes et rizières de Bali
Pour protéger les récoltes des petits oiseaux, les paysans fabriquent des tourniquets très esthétiques en bambou.

Pour protéger les récoltes des petits oiseaux, les paysans fabriquent des tourniquets très esthétiques en bambou.

Les canards sont très prisés des agriculteurs car non seulement ils nettoient les parcelles de sa vermine, mais leurs fientes fécondent les champs et leur piétinement oxygène la terre, ce qui contribue à augmenter le rendement.

Les canards sont très prisés des agriculteurs car non seulement ils nettoient les parcelles de sa vermine, mais leurs fientes fécondent les champs et leur piétinement oxygène la terre, ce qui contribue à augmenter le rendement.

J'espère que ce petit voyage à Bali vous a fait rêver un peu.

Mais je précise que Bali, comme Java où j'ai également passé une semaine,

ne se limite pas aux rizières:

il y a plein d'autres paysages, des volcans, des temples, la végétation luxuriante,

les villages, les habitants si gentils et souriants...

 

Je vous souhaite un agréable week-end !

Repost 0
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 09:40

Coucou !

Je brille par mon absence en ce moment,

un peu comme le soleil  en région parisienne ! 

 

Il faut dire que je suis partie quelques jours en Pologne

pour rendre visite à l'un de mes fils, 

ensuite le travail est reparti à fond 

et mes week-ends sont bien occupés en ce moment.

 

Allez, je vous montre un petit aperçu de Varsovie.

 

 

Palais de la Culture et de la Science, construit entre 1952 et 1955, financé par Staline. A la chute du communisme, il faillit être détruit.

Palais de la Culture et de la Science, construit entre 1952 et 1955, financé par Staline. A la chute du communisme, il faillit être détruit.

Stare Miesto, la vieille ville de Varsovie, quartier qui, après avoir été détruit pendant la guerre, a été reconstruit à l'identique entre 1949 et 1963.

Stare Miesto, la vieille ville de Varsovie, quartier qui, après avoir été détruit pendant la guerre, a été reconstruit à l'identique entre 1949 et 1963.

Pologne et MIS - Sketch carterie de juin
La Petite Sirène, emblème de Varsovie, située place du marché de la vieille ville. Vous pouvez retrouver sa légende sur internet.

La Petite Sirène, emblème de Varsovie, située place du marché de la vieille ville. Vous pouvez retrouver sa légende sur internet.

Nowe Miasto, l'autre quartier historique de Varsovie. Cette nouvelle ville, qui touche l'ancienne, avait été construite pour absorber l'excédent de population de la vieille ville dès le 15ème siècle.

Nowe Miasto, l'autre quartier historique de Varsovie. Cette nouvelle ville, qui touche l'ancienne, avait été construite pour absorber l'excédent de population de la vieille ville dès le 15ème siècle.

Pologne et MIS - Sketch carterie de juin

J'ai trouvé qu'il y avait une certaine joie de vivre à Varsovie. 

Il faisait beau, les rues étaient animées, c'est vraiment une ville à découvrir !

 

 

Bon, retour au scrap puisqu'à la base je voulais vous montrer une carte

faite ensuivant le sketch proposé par Shannon

sur le forum Made in Scrap.

 

 

 

Pologne et MIS - Sketch carterie de juin

 

Je vous souhaite un très bon dimanche !

 

Repost 0
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 21:42

Quand il fait beau et chaud comme aujourd'hui, j'ai du mal à rester enfermer chez moi, alors cet après-midi j'ai décidé d'aller immortaliser les jolies teintes d'automne en allant m'oxygéner...sur mon lieu de travail !

Drôle d'idée me direz-vous, mais tout en vivant en région parisienne, j'ai la chance énorme de travailler dans un cadre privilégié.

Regardez plutôt:


P1210624 Cristal91

 

P1210618 Cristal91

 

 

P1080708-Cristal91.jpg

 

Copalme d'Amérique:

 

P1210635 Cristal91

 

P1210641-Cristal91.jpg

 

Tronc d'eucalyptus pauciflora gommier:


P1210628-Cristal91.jpg

 

Erable rouge "October glory":


P1210658 Cristal91

 

P1210661 Cristal91

 

Une allée:


P1210674 Cristal91

 

 

Cyprès chauve:

 

P1080795-Cristal91.jpg

 

P1080659-Cristal91.jpg


P1210670 Cristal91

 

 

 Sassafras:


P1210702 Cristal91

 

Ginkgo Biloba, arbre aux 40 écus:

 

P1080887 Cristal91

 

 

Sous-bois:

 

P1210711 Cristal91

 

P1210760 Cristal91

 

 

P1210714-Cristal91.jpg

 

 

Voilà, ma petite balade est terminée.

Vous vous étonnez peut-être qu'il y ait autant d'espèces dans un parc. La raison est qu'il s'agit du Parc botanique de Launay, situé sur le domaine du même nom, dont l'existence remonte au 13ème siècle. Il fait partie intégrante du campus de l'université Paris-Sud et depuis 1965, la Faculté des Sciences mène une politique soutenue d'introduction de nouvelles espèces (on y trouve environ 2500 espèces, sous-espèces et variétés). 


Repost 0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 17:50

Après un été très moyen, nous avons droit à un bel été indien, ce qui fait qu'une fois débarrassée des corvées, je profite au maximum du jardin et du soleil et me plonger avec plaisir dans la lecture d'un véritable pavé,  "Un monde sans fin" de Ken Follett. J'adore et c'est toujours difficile de lâcher mon roman pour passer à autre chose !

 

Du coup, je n'ai pas plus scrappé ce week-end que cette semaine, alors je vous propose la suite de mon reportage sur Madère, histoire de me replonger dans l'ambiance vacances. ( la 1ère partie était ici)

 

Cette fois, nous partons dans le nord de l'île, nettement plus humide que le sud.

 

Nous nous installons à Santana pour trois nuits. Cette petite ville est connue pour ses traditionnelles maisons de paille en V renversé.

 

P1180794 Cristal91
 

 

Nous empruntons un vieux chemin pavé qui descend à flanc de falaise vers la pointe Sao Jorge.

 

P1120316 Cristal91

 

P1120319 Cristal91

 

P1000288 Cristal91

 

Parvenus au niveau de l'océan à Calhau, nous montons sur l'autre versant  pour rejoindre Santana.

 

P1180741 Cristal91

 

Le lendemain, changement de décor: nous partons vers la levada du Caldeirao Verde, le Chaudron Vert.

Il a plu toute la nuit et nous commençons par une marche d'approche dans une ambiance particulière, au milieu de la brume et des fougères.

 

P1120493 Cristal91

 

Après deux heures de montée dans la laurisylva, forêt primaire constituée de fougères arborescentes et d'immenses lauriers, nous arrivons à la levada. Il faut s'équiper de lampes frontales car nous aurons plusieurs tunnels à parcourir.

 

P1180895-Cristal91.jpg

P1180899-Cristal91.jpg

 

On ne le voit pas bien sur la photo ci-dessos mais à droite, la montagne tombe à pic, c'est le vide. Une petite barrière avec un câble métalique sécurise le chemin...mais il vaut mieux ne pas s'y fier ! Quand on croise quelqu'un, il faut garder un pied sur le bord du chemin et poser l'autre comme on peut sur la paroi.

 

 

P1120568-Cristal91.jpg

 

Voici le fameux chaudron vert, cuvette de 200 m de hauteur dont les parois sont tapissées de végétation et du sommet de laquelle tombe une cascade. A gauche, au 1er plan, on peut voir trois pissenlits géants.

 

P1120580-Cristal91.jpg

Nouveau changement de décor, cette fois nous allons vers le centre de l'île, direction le Pico Ruivo, point culminant de l'île (1861 m).

Les nuages restent sur la côte, en-dessous de nous.

 

P1120733-Cristal91.jpg

 

P1120712-Cristal91.jpg

 

P1190065-Cristal91.jpg

 

Les silhouettes fantasmagoriques des bruyères arborescentes calcinées lors des incendies de 2010 se dressent au bord du chemin. 

 

P1190068-Cristal91.jpg

 

P1190075-Cristal91.jpg

 

 

 

P1190101-Cristal91.jpg

 

P1190130-Cristal91.jpg

 

Il n'y a plus qu'à redescendre par le même chemin. Le soir-même, nous irons à Funchal, la capitale de l'île. Ce sera l'objet de mon prochain reportage.

 

J'espère qu'Overblog va bien vouloir fonctionner correctement. Je sais cependant qu'un certain nombre de mes newsletters vont se perdre soit dans les indésirables, soit carrément dans le néant, ainsi que les réponses que je vous fais parfois...

 

Malgré cela je souhaite la bienvenue à Monique, et une belle semaine à toutes.

L'été indien devrait durer encore quelques jours, alors réjouissons-nous ! 

 

 

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 20:38

Aujourd'hui, je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager quelques photos prises lors du feu d'artifice du 14 juillet à Paris, tiré depuis la Tour Eiffel et depuis les bassins du Trocadéro.

Personnellement, je n'étais pas si près que ça, mais invitée par une amie dont l'immeuble offre une vue imprenable qui s'étend de La Défense jusqu'au sud de Paris. Du coup, nous avons bénéficié de plusieurs feux d'artifice sans la bousculade de la foule !

 

La Tour Eiffel semble s'embraser:

 

P1190544 B

 

P1190547 B

 

P1190562 B

 

Puis elle brille de mille feux: 


 P1190568 B

 

P1190571 B

 

P1190574 B

 

P1190580 B

 

P1190582 B

 

P1190605 B

 

P1190615 B

 

C'était gigantesque, franchement magnifique, on en a pris plein les yeux !

J'espère que vous aussi vous avez pu profiter du feu d'artifice du 14 juillet là où vous étiez !

 

Bienvenue à Poppy44 et à Cath59, et bonne fin de semaine à toutes !

Repost 0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 08:43

Aujourd'hui, je vous offre un peu de dépaysement en vous parlant de mes dernières vacances: une semaine de randonnée à Madère.

Cette île portugaise d'origine volcanique est située au large des côtes marocaines, à environ 4 heures d'avion de Paris. La chaîne montagneuse qui la traverse d'est en ouest forme une frontière naturelle entre deux climats principaux, celui du nord étant plus humide et moins ensoleillé. Malgré tout, le climat est clément toute l'année, même si le vent souffle souvent.

 

Nous avons atterri à l'aéroport de Funchal (situé en réalité sur la commune de Santa-Cruz) qui figurait parmi les plus dangereux d'Europe jusqu'en 2000: sa piste d'atterrissage était si courte qu'il était surnommé "le porte-avions", qu'il fallait des pilotes spécialement entraînés et que les avions les plus gros ne pouvaient s'y poser. La piste a été rallongée grâce à 180 piliers en béton posés dans la mer. 

C'est impressionnant, ainsi que le montre cette photo trouvée sur le net :

 

perspec pista ne

 

Une voie express passe au milieu de cette forêt de piliers:

P1180459-B.jpg

 

Nous passons notre 1ère nuit à Santa Cruz, au calme car l'activité de l'aéroport cesse pendant la nuit.

 

P1180144-B.jpg

P1180134-B.jpg

 

Le lendemain, un bus local nous emmène vers la Ponta de Sao Lourenço et nous dépose au bout de la route qui se termine en cul-de-sac. Située à l'extrême est de l'île, cette longue péninsule sauvage, à la végétation rase, contraste avec le reste de l'île montagneuse qui est couverte d'une végétation luxuriante. Pourtant, cette pointe de 9km de long sur 2km de large, battue par les vents, abrite de très nombreuses espèces, parfois endémiques, et est classée réserve naturelle.

 

P1180191 B

 

Les roches volcaniques aux tons rouges, noirs et ocres sont un enchantement pour les yeux.

 

P1180219 B

 

P1180235 B

 

Les strates colorées sont coupées par endroits de colonnes plus sombres, qui correspondent à des fissures par lesquelles est remontée la roche volcanique à l'état liquide appelée trachyte.

     

P1180244 B

 

On distingue bien l'isthme, la partie la plus étroite de la presqu'île (200m), avec en contrebas, sa plage de galets.    


P1180265 B

 

Nous arrivons en vue de la Casa do Sardinha, seule maison de la presqu'île qu'un homme épris de solitude avait fait construire en 1905 et qui abrite maintenant une exposition sur les plantes des alentours.

A l'arrière se dresse le Morro do Furado. Il n'y a plus qu'à gravir ce pic pour découvrir un panorama exceptionnel sur deux îlots qui prolongent la pointe, classés tous les deux en zone protégée.

   

P1180294 B

 

 

 

P1180315 B

 

 

P1180339 B

 

Retour vers le début de la presqu'île, avec un arrêt sur la plage. Le sable n'est pas vraiment fin, l'eau est fraîche et il y a beaucoup de vent: seules quelques courageuses auront l'audace de s'y baigner !    

 

P1180429 B

 

Le lendemain nous partons à la découverte d'un autre univers, celui des levadas. Ce sont des canaux qui épousent les contours des montagnes et permettent l'irrigation des terres cultivées de l'île. Il y en a 1400 km et la plupart sont doublés d'un sentier destiné à permettre leur entretien par les levadeiros.              

 

Ces levadas furent créées par la nécessité d'acheminer d'importantes quantités d'eau du versant nord vers le versant sud de l'île, plus sec mais plus propice à l'habitat et à l'agriculture. Leur construction fut longue et difficile, et fut l'oeuvre d'esclaves ou de forçats mais aussi d'ouvriers.

 

Nous suivons le sentier de la levada de Caniçal, également appelée levada dos Maroços ou levada des Mimosas, ceux-ci étant effectivement très nombreux tout au long du parcours.

 

P1180488 B

 

Nous serpentons à travers les cultures en terrasses. 


P1180549 B

 

P1180553 B

 

 

P1180566-B.jpg 

 

Vue sur Machico. A l'horizon on aperçoit les Desertas, trois îles classées réserves naturelles depuis 1995.


P1180577 B

 

Nous passons à proximité de plantations de bananiers.


P1180585-B.jpg

 

P1180609-B.jpg

 

Voilà pour aujourd'hui.

Je vous souhaite un agréable dimanche ensoleillé !


Repost 0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:10

Je vous retrouve pour le tour des Combins, suite et fin.

Le 5ème jour, nous quittons le col du Grand Saint Bernard sous un soleil éclatant.

 

P1160995 B

 

Initialement, nous avions prévu de faire deux étapes en une, en rejoignant Bourg Saint Pierre, grâce à une navette de cars. Nous sommes le 15 août et les navettes ne circulent pas, mais un vacancier avec lequel nous avions dîné la veille nous a gentiment proposé de nous descendre en voiture dans la vallée.

 

Le chemin passe à côté de la chapelle N-D de Lorette et s'élève à travers les alpages. En nous retournant nous voyons Bourg St Pierre et au loin, le lac des Thoules et le col du Grand St Bernard.

 

P1170003 B 

Fleurs

 

Après 820 m de montée, nous arrivons au lieu-dit la Vuardette.

 

P1100965 B

 

La cabane du Col de Mille (2473m) nous attend au loin, au bout d'une longue courbe, tout près du col de Mille.

 

P1100979-B.jpg

 

Le charme de la cabane: la salle de bains à l'extérieur (si, regardez, il y a un robinet sous le panneau ! ) et puis... la cabane...au bout du chemin...! Pour une nuit, disons que ça va !

Cabane-col-de-Mille-B.jpg

 

Après une bonne nuit, nous partons pour notre 6ème étape qui promet d'être la plus grandiose puisqu'elle va nous mener en haute montagne, au pied du glacier de Corbassière et du massif des Combins.

 

P1170056-B.jpg

 

Nous ferons une petite halte à la cabane Brunet...

 

P1170074-B.jpg

 

...avant de repartir en direction du Grand Combin qui nous domine du haut de ses 4314m

 

P1170085-B.jpg

 

Le seul problème, c'est que lorsque nous arrivons, les nuages ont envahi le ciel, effaçant le caractère majestueux de la montagne

 

P1170115-B.jpg

 

Le refuge F-X Bagnoud (2645m), construit en 1995 sur l'emplacement de l'ancienne cabane Panossière emportée en 1990 par une avalanche, est clair, spacieux et confortable. Il y a même une douche, avec vue imprenable sur les Combins:

 

Douche-B.jpg

Certes, la température extérieure n'est pas très élevée et la température de l'eau non plus mais quand on ne s'est pas douchés depuis deux jours, je vous assure qu'on ne fait pas les difficiles et que ça fait un bien fou de pouvoir se laver !

 

Le soir, nous profitons d'un magnifique coucher de soleil sur les montagnes:

 

Coucher-de-soleil-aux-Combins-B.jpg

 

Il ne nous reste plus qu'une étape. Au programme de cette 7ème journée, une montée de 670m pour passer le col des Otanes (2846m).

 

P1110136-B.jpg

 

Nous sommes ravis de pouvoir découvrir les grands Combins et le glacier de Corbassière sous le soleil.

 

P1110156-B.jpg

Maintenant, nous avons 900m de descente jusqu'au barrage de Mauvoisin. 

 

P1110177-B.jpg

 

La descente est jolie et ponctuée d'innombrables fleurs nous obligeant à des arrêts fréquents: impossible de résister pour les amateurs de photos que nous sommes !

 

Fleurs-descente-Mauvoisin.jpg

P1110217-B.jpg

 

Et voilà! C'est à Mauvoisin que s'achève notre rando itinérante autour des Combins.


Pour ma part, ce n'est pas mon parcours préféré parmi ceux que j'ai faits. Certes, je n'étais pas en forme cette année, mais il manque un peu de lacs, certains sentiers en balcon étaient vraiment très longs et ce n'est pas sur cet itinéraire que nous avons eu les refuges les plus confortables (d'autant plus qu'en Suisse, leur prix n'est pas donné).

Au total, ce sont de beaux souvenirs quand même, avec une mention particulière pour l'Hospice du Grand Saint Bernard, le village de St Rhémy en Bosses et la vue spectaculaire sur les Combins et le glacier de Corbassière.

 

Donc normalement, en été 2014, mon frère et moi partirons pour une nouvelle semaine de rando dans les Alpes !


Repost 0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 21:22

Avant de poursuivre mon récit sur le tour des Combins, je ne résiste pas au plaisir de vous raconter une anecdote qui m'est arrivée dans le 1er refuge dans lequel nous avons dormi, la cabane de Chanrion.

Au cours de la nuit, je me suis levée pour satisfaire une petit besoin naturel. En sortant des toilettes, je vois un monsieur assis dans la grande salle qui me demande "Vous pouvez me raccompagner jusqu'à ma chambre?" La demande était tellement insolite, là, en pleine nuit, que j'ai éclaté de rire ! Il faut savoir que dans les refuges, il fait très sombre et que sans lampe de poche, il est impossible de s'y retrouver. J'ai donc raccompagné le monsieur à l'étage jusqu'à son dortoir, puis en retournant vers ma chambrée, je vois une jeune fille en haut de l'escalier qui me dit "Vous pouvez m'accompagner jusqu'aux toilettes ?". Et me voilà repartie à descendre les escaliers pour éclairer la demoiselle jusqu'aux toilettes ! Cette nuit-là, j'ai trouvé ma vocation: guide de refuge !!

 

Allez, je reprends le cours de ma rando avec le 3ème jour qui commence avec un beau lever de soleil photographié depuis la chambre:

 

P1160763 B  

Nous quittons le refuge de Champillon pour une étape qui comporte seulement 250 m de montée pour arriver au col de Champillon à 2709 m.

 

P1100637 B

 

P1100654 B

 

La suite, c'est uniquement de la descente (1100 m) et beaucoup de plat.

 Nous croisons un troupeau qui passe devant nous en file indienne. 

 

P1160779-B-copie-1.jpg

 

P1160790 B

Les chèvres et les brebis semblent apprécier la neige du névé.

P1100672 B

 

Le plat, c'est bien, c'est reposant, mais sur de longues distances, on finit par s'ennuyer, surtout quand le panorama est celui-ci:


P1160798-B.jpg

 

ou celui-là:

 

P1100719 B

Après avoir dépassé le village de St Oyen, nous sommes contents de voir que nous arrivons enfin à St Rhémy-en-Bosses (1519 m), charmant petit village dans lequel nous avons réservé une chambre bien confortable à l'Hôtel Suisse: une bonne adresse !


P1160818-B.jpg

 Mosaique.jpg

 

Après une bonne nuit, nous reprenons la route en direction du Col du Grand Saint Bernard, à 2469 m. Celui-ci a toujours été, depuis l'époque romaine, un lieu de passage transalpin très fréquenté.

C'est en 1906 qu'une route adaptée à l'importance du col fut ouverte, mais elle n'était praticable que de juin à octobre et fut doublée, en 1964, par l'ouverture du 1er tunnel transalpin qui assure un trafic routier toute l'année. Ce tunnel payant, long de 5,8 kms, assure la principale liaison entre le Valais suisse et le Val d'Aoste italien.

Sur le versant d'en face, nous voyons la route qui mène au tunnel: elle est couverte sur plusieurs kilomètres, jusqu'à l'entrée du tunnel.

P1160876 B

 

L'entrée du tunnel, côté italien

P1100801-B.jpg

 

La montée au col

P1100810-B.jpg

 

Après 950 m de montée, nous arrivons au col.

 

P1160906-B.jpg

 

Une statue monumentale a été érigée en hommage à Bernard, archidiacre d'Aoste et fondateur de l'hospice (en 1050), à l'emplacement du col alors dénommé Mont-Joux. Les conditions météo sont très rudes, été comme hiver et Bernard a souhaité, avec sa communauté de chanoines, porter secours aux voyageurs égarés dans la neige et le brouillard, offrant l'asile sans rien demander en retour, n'hésitant pas à se lancer à la recherche d'éventuels passants en détresse.

Dès le milieu du 17è siècle, les moines se sont entourés de grands chiens de garde et par des croisements, ont créé la race des St Bernard qu'ils ont éduqués pour le sauvetage des voyageurs en difficulté.

 

Les chroniques relatant la manière dont les St Bernard avaient sauvé des vies humaines et les récits des soldats de Bonaparte ayant franchi le col en 1800, répandirent la renommée de ces chiens dans toute l'Europe.

Le plus célèbre d'entre eux, Barry qui vécut à l'hospice à partir de 1800, aurait sauvé plus de 40 personnes. Après sa mort en 1814, il a même été empaillé et est exposé au Musée d'histoire naturelle de Berne.

 

Nous contournons le lac et nous retrouvons en Suisse. Notre étape s'arrête ici, car j'avais très envie de passer une nuit dans le mythique hospice du Grand St Bernard.

Nous y sommes très bien accueillis et nous constatons que le sens de l'hospitalité n'a pas disparu, car dès notre arrivée, un chanoine nous offre gentiment un bol de thé. 

 

P1160932-B.jpg

 

La chambre est agréable et l'hospice est un lieu à l'ambiance particulière qui mérite vraiment qu'on s'y arrête.

 

Hospice-du-GSB.jpg

 

J'espère que ma rando vous plait et je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour la suite.


Repost 0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 21:00

Je prends enfin le temps de vous parler de mes vacances de l'été dernier, et plus précisément de la randonnée itinérante que j'ai faite avec mon frère, le tour des Combins.

Les Combins sont un massif situé dans le Valais suisse, dont le sommet, le Grand Combin, culmine à 4314 mètres.

Après avoir traversé Chamonix et franchi le col de la Forclaz, nous sommes arrivés en Suisse et avons passé la nuit à Martigny. En fin de journée nous nous sommes rendus à la Fondation Pierre Gianadda pour visiter le Parc de Sculptures aménagé dans les jardins de celle-ci. Des oeuvres représentatives de la sculpture du 20ème siècle y sont exposées. Elles ont été réalisées par des artistes aussi célèbres que Rodin, Dubuffet, Miro, César etc. 

 

Martigny.jpg

Le lendemain matin nous avons pris la voiture pour nous rendre au pied du barrage de Mauvoisin (1975 m), point de départ de notre tour des Combins en 7 étapes.

 

P1160597 B

 

Nous passons sur le barrage qui fait 250 m de hauteur.

P1160603 B

 

 

P1160610 B

 

Au début du parcours, nous passons dans des galeries parfois complètement fermées, parfois ouvertes sur le lac.

P1160619 B

 

 

P1160625 B

 

P1160631 B

 

P1160637 B

 

 

Après être passés à proximité de belles chutes d'eau, nous poursuivons notre chemin le long du lac qui fait 5 km de long.

 

P1160645 B

 

L'heure du pique-nique arrive, nous nous installons dans l'herbe avec belle vue sur le lac. Le repas est un peu léger car nous sommes dimanche et il a été très difficile de trouver un commerce ouvert dans Martigny. Il faut se contenter d'un petit sandwich accompagné d'une barre de céréales.  Je réalise soudain que je suis à côté d'une edelweiss, puis d'une 2ème. Finalement, ce sont des dizaines d'edelweiss qui fleurissent autour de nous! J'ai beau en voir quasiment tous les ans, à chaque fois c'est magique!

 

P1160655-B.jpg

 

P1160667-B.jpg

 

Nous franchissons le col de Tsofeiret à 2635 m, puis entamons une courte descente en direction de la Cabane Chanrion. 

 

P1160674-B.jpg

P1100515-B.jpg

Extérieurement la cabane est jolie, mais côté sanitaires, il y a un seul WC et un grand lavabo pour les femmes, idem pour les hommes. Pour une bonne soixantaine de personnes qui se couchent en même temps, ça fait un peu juste!

 

Le lendemain , nous partons pour notre 2ème étape qui nous permettra de rejoindre la Cabane de Champillon. Le passage de la Fenêtre Durand (2797 m) marque notre passage en Italie.

 

P1160703-B.jpg

 

Dans la descente, nous passons à côté du lac Fenêtre aux eaux turquoises:

P1160710-B.jpg 

Changement de décor complet: nous arrivons sur un plateau très fleuri

 

02-Chanrion-a-Champillon.jpg

Arrivés au-dessus du barrage de Farinet, deux options qui s'offrent à nous: descendre vers le barrage et Ollomont pour remonter de l'autre côté, ou poursuivre sur un sentier en balcon, ce qui évite d'ajouter du dénivelé. Nous choisissons cette 2ème option (les deux sont équivalentes en temps de marche).

P1160740 B


P1160748-B-copie-1.jpg

 

P1100608-B.jpg

 

Il reste une dernière montée, et nous arrivons à la Cabane de Champillon (2465 m).


Je vous retrouve pour la suite dans quelques jours...

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de lescrapdecristal.over-blog.com
  • Le blog de lescrapdecristal.over-blog.com
  • : Je m'appelle Christine, alias Cristal91 pour le scrap. J'ai créé mon blog pour partager ma passion avec vous. N'hésitez pas à me laisser un petit mot avant de partir. Bonne visite!
  • Contact

Accueil du blog

Recherche

Communauté Overblog